La Vallée Sacrée

Cusco étant leur capitale, les Incas ont beaucoup construit autour, dans la vallée fertile encerclée de belles montagnes enneigées, La Vallée Sacrée. C’est Pachacutec, 9e inca, qui a le plus fait construire, embellit les sites de la vallée.   

Nous commençons par Chinchero en compagnie de Reem. Avant de visiter les ruines, le marché typique nous attire. Les vendeuses sont toutes en habit traditionnel, et pour cause, la ville est spécialisée dans les activités de tissage de la laine d’alpaga. 

 Les ruines se situent un peu plus haut que le marché : immenses terrasses avec l’église adossée, le tout entouré de montagnes. C’est Dimanche, donc beaucoup prient, dehors… En redescendant des ruines, on tombe sur un atelier de tissage avec une Péruvienne qui nous explique le procédé de teinte de la laine : les différentes feuilles, plantes, insectes (la cochenille) donnant leurs belles couleurs aux laines d’alpaga. On rencontre aussi Koecling, sa femme et leur fils Enrique, qui nous donne des infos à propos du village et qui sont bien surpris de nous voir, Reem et moi, « à notre âge » (sympa!!) sans gamins !! Koecling s’avère être guide et travaille pour une agence. Ce sera grâce à lui que l’on fera une autre partie de la Vallée Sacrée avec son cousin Hector.

Le lendemain, nous faisons l’arrête Est de la vallée sacrée en commençant par Pisac. 2 ans après, c’est toujours un plaisir de déambuler parmi les terrasses, les ruines des maisons du quartier Q’allaqasa, le temple du soleil avec son Intihuatana (horloge solaire). 

Après une petite pause empenadas & soupe de quinoa, nous reprenons le collectivo pour se faire déposer proche de Cusco afin de visiter Sacsayhuaman. Difficile à prononcer ? Non ! Dîtes Sexywoman et ça le fait (conseil d’un guide!). Visitons donc la tête du puma. Oui Cusco est censée avoir une géométrie ressemblant à un puma (animal représentant le monde terrien, le condor c’est le monde « d’en haut » et le serpent le monde « d’en dessous ») et Sacsayhuaman en est la tête. Ce qui surprend sur cette forteresse, c’est la taille gigantesque des pierres, admirablement taillées et agencées telles des legos par les Incas. 

Pour finir, on part sur l’arrête Ouest de la vallée  : Ollantaytambo, Moray et les Salineras (qui n’ont rien d’inca mais qui sont sublimes). On fait cette journée grâce à Hector qui nous conduit. Commençons par Ollantaytambo. Il nous raconte l’origine du nom de la ville :
Ollanta, alors général de l’Inca Pachacutec, tomba amoureux de la fille de ce dernier. Pachacutec, malgré le courage de son général, ne lui donna pas sa fille en mariage. Qu’importe, Ollanta embarqua sa bien-aimée et s’établit dans cette ville qui portera plus tard son nom. Il fit construire, grandir son armée mais tomba dans un piège et fut rendu à Cusco à l’empereur. Mais Pachacutec mourut et son fils pris le pouvoir et approuva le mariage de sa soeur. Les Incas avaient eux aussi leurs histoires à la Roméo et Juliette 😉 
On se demande encore une fois, comment les Incas ont pu construire une telle fortification à partir des pierres de porphyres extraites plus loin, plus haut, de l’autre côté du torrent… 

Nous nous dirigeons ensuite vers le laboratoire agricole des Incas, Moray : immenses cercles concentriques où les Incas testaient, acclimataient leur futures boutures. 

Et nous finissons par les Salineras. Grâce à cette source naturellement salée, 600 familles exploitent ces salines pour la fleur de sel ou le sel rose de Maras. Les couleurs sont splendides… je suis toujours autant sous le charme de ce lieu et je prends d’innombrables photos 🙂

2 Replies to “La Vallée Sacrée”

  1. J’envie t’es pare qui sont sportifs pour suivre un cabri comme toi ?
    T’es photo sont belles et limpides,quel pays merveilleux
    Continue de me fR rêver bisous à vs 3?❣️

    1. Haha ils soufflent bien avec l’altitude mais ils suivent super bien ! Aujourd’hui, on est allé à plus de 5000m 🙂 Merci pour les compliments Clo, de gros gros bisous aussi !!

Laisser un commentaire